La Befana

La Befana, vieille fée de Noël qui apporte des Italian Christmas La Befana Doll house Miniature by LoreleiBlu: cadeaux aux enfants italiens. Les contes ont popularisé la figure de la fée Carabosse, ou vieille fée, antithèse de la fée marraine, qui maudit les nouveau-nés. Cependant, les vieilles fées se rencontrent également dans le folklore français, où si elles semblent éternellement vieilles, elles ne se révèlent pas toujours maléfiques. Pierre Dubois en cite plusieurs en Europe, comme la Befana.

Pierre Dubois

Pierre Dubois, né le 19 juillet 1945 à Charleville-Mézières, est un auteur, scénariste de bande dessinée, écrivain, conteur et conférencier français à l’origine du regain d’intérêt pour les fées et le petit peuple en France. Passionné très tôt par la féerie et les contes, il devient illustrateur après de courtes études aux beaux-arts, puis rassemble des légendes locales qu’il restitue dans des chroniques à la radio et à la télévision durant plus de trente ans, ce qui lance sa carrière et rend sa passion publique. Il est l’inventeur de l’elficologie, ou « étude du petit peuple », comme d’un équivalent à l’étude des « fairies », bien qu’il s’agisse à l’origine d’une simple blague de sa part. Son premier album de bande dessinée en tant que scénariste est publié en 1986 et ne connaît qu’un succès d’estime. Depuis, il en sort un chaque année et continue à intervenir régulièrement à la télévision ainsi que dans des conférences, toujours dans l’univers des contes, du rêve et des légendes liées au petit peuple, qui sont devenus ses spécialités.

C’est en grande partie grâce à ses encyclopédies des fées, des lutins et des elfes, résultats d’une vingtaine d’années de recherches et parues dans les années 1990, que Pierre Dubois gagne sa reconnaissance internationale de spécialiste français pour ce qui touche à la féerie

Les mauvaise fées(ou les sorcières)

Tinker Bell — possibly, the quintessential faery. As characterized by J. M. Barrie in Peter Pan, she exhibits so many traditional faery qualities: we first experience her as a small glow of pure light; her form is only visible when stationary; she is described as “still growing.” So, like all faeries, she is in a state of flux and transformation. She is dressed in a skeleton-leaf dress, indicating that she is not only connected to nature but also inner nature: Les contes ont popularisé la figure de la fée Carabosse, ou vieille fée, antithèse de la fée marraine, qui maudit les nouveau-nés. Cependant, les vieilles fées se rencontrent également dans le folklore français, où si elles semblent éternellement vieilles, elles ne se révèlent pas toujours maléfiques. Pierre Dubois en cite plusieurs en Europe, comme la Befana.

La Belle au bois dormant

Maleficent.: À l’occasion du baptême de la princesse, le roi et la reine organisent une fête somptueuse, invitant famille, amis et sept fées marraines (ou trois fées selon les versions) bienveillantes de l’enfant. Chacune d’elles offre un don à la princesse : beauté, grâce, etc. Brusquement une vieille fée, qui n’a pas été invitée, se présente et lance à la princesse un charme mortel : la princesse se piquera le doigt sur le fuseau d’un rouet et en mourra. Heureusement, une des jeunes fées marraines qui s’était cachée pour parler en dernier atténue la malédiction : « Au lieu d’en mourir, elle tombera seulement dans un profond sommeil qui durera 100 ans, au terme desquels le fils d’un roi viendra la réveiller ».

belle au bois..1Pour protéger sa fille, le roi fait immédiatement interdire de filer au fuseau ou d’avoir un fuseau sous peine de mort. Pourtant, vers ses quinze ans, dans une partie reculée du château, la princesse découvre une vieille fileuse qui ne connait pas l’interdiction. Elle se pique aussitôt au fuseau et s’endort, en même temps que tous les habitants du château. Au cours des ans, celui-ci est recouvert de végétation. Il n’est redécouvert qu’après 100 ans, lorsqu’un fils de roi y pénètre et réveille la princesse.

Les fées marraines

La fée marraine, parfois appelée marraine la fée ou marraine la bonne fée, est un personnage récurrent des contes : il s’agit d’une fée, parfois munie d’une baguette, qui met sa bienveillance et ses pouvoirs surnaturels au profit exclusif de son ou sa filleule, auprès de qui elle joue un rôle de protecteur ou de mentor, comme on peut l’attendre d’une marraine dans de nombreuses sociétés. Elle se penche sur le berceau du héros nouveau-né pour lui prodiguer des dons : de l’esprit, grâce, beauté (La Belle au bois dormant), où elle l’assiste et le protège à l’adolescence d’un père abusif (Peau d’âne), d’une marâtre tyrannique et de demi-sœurs cruelles (Cendrillon) ou d’un sort lancé par une méchante fée (la Belle au bois dormant).

Cendrillon

Un homme veuf se remarie avec une femme qui fait faire à Cendrillon ; fille du veuf ; toutes les corvées et lCENDRILLONui impose d’être sous les ordres de ses sœurs. Un jour, le prince organise un bal au château. Ne pouvant s’y rendre, Cendrillon pleure sur le rameau qu’elle avait planté auparavant et demandent de l’aide aux oiseaux qui lui lancent de beaux habits. Cendrillon se rend plusieurs fois au palais et le prince est amoureux d’elle. Mais à chaque fois elle s’échappe. Alors un soir le prince enduit le sol de col pour qu’elle ne puisse pas s’enfuir. Mais Cendrillon réussit à se sauver même si elle perd une pantoufle. Le prince va donc chez Cendrillon pour faire essayer la chaussure et pour pouvoir rentrer dedans les deux sœurs se mutiles les pieds. Finalement, seule Cendrillon réussit à enfiler le soulier. Le prince et Cendrillon se marient, les soeurs et belle-mère sont punies.

Peau d’Âne

Un Roi et une Reine vivent heureux avec leur fille. Mais un jour, la Reine meurt et le Roi décide de se remarier. Le Roi tombe alors amoureux de sa propre fille. Désespérée, celle-ci court se réfugier chez sa Marraine la Fée. Elle lui conseille de demander au Roi toutes sortes de choses impossibles. Comme le Roi satisfait toujours ses désirs, elle s’enfuit très très loin du château, coiffée de sa peau d’âne.

Elle est recueillie par une femme qui la fait nettoyer la porcherie et s’occuper des cochons. Mais tous les dimanches, elle revêtit une de ses magnifiques robes. Le prince la voit et en tombe tellement amoureux qu’il devient malade.Il demande à ce qu’elle lui fasse un gâteau. Elle obéit et fait tomber sa bague dans la pâte. Il fait ensuite essayer la bague à TOUTES les jeunes filles du royaume.

Et quand vient le tour de Peau d’Ane, la bague lui va à merveille.Elle épouse le prince et son père lui pardonne.

Hansel et Gretel (ou Jeannot et Margot)

Hänsel und Gretel / Illustration 4 | Gebrüder Grimm / Hänsel und Gretel Kinderbuch Pestalozzi Verlag / Deutschland ex libris MTP: Hansel et Gretel est un conte populaire figurant parmi ceux recueillis par les frères Grimm dans le premier volume des Contes de l’enfance et du foyer. Le conte, l’un des plus célèbres parmi les contes merveilleux, met en scène un frère et une sœur perdus dans la forêt par leurs parents et qui, ensuite, se retrouvent aux prises avec une sorcière.

P-S: Ce conte est l’exemple même du conte où le bien gagne toujours sur le mal. Je ne suis pas entré en détail sur l’histoire, mais la sorcière est incinérée dans le coffre où elle voulait cuir les enfants (c’est une sorcière anthropophage).

Blanche-Neige

Une reine se désolait de ne pas avoir d’enfant. Un jour d’hiver, alors qu’elle était degans claire - Google zoeken: assise près d’une fenêtre au cadre d’ébène, elle se piqua le doigt en cousant et quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige. « Ah ! » se dit la reine, « Si j’avais un enfant, au teint blanc comme la neige, au levres rouge comme le sang et aux cheveux noirs comme le bois d’ébène ! ».

Peu de temps après, elle mourut en accouchant d’une petite fille nommée Blanche-Neige. Le roi prit une nouvelle épouse, belle mais méchante, orgueilleuse et jalouse de Blanche-Neige. Son miroir magique lui répétait qu’elle était la plus belle femme du royaume, jusqu’au jour où il dut reconnaître que Blanche-Neige était deveRésultats de recherche d'images pour « blanche neige »nue plus belle que sa marâtre. La reine demanda alors à un chasseur d’aller tuer l’enfant, mais l’homme se contenta de l’abandonner dans les bois. Errant dans la forêt, Blanche-Neige découvrit une petite maison où elle entra se reposer. C’était la demeure des sept nains qui, apitoyés par son histoire, acceptèrent de la cacher et de la loger comme servante.

La méchante reine, apprenant grâce au miroir que Blanche-Neige était toujours vivante, essaya par trois fois de la faire mourir. La troisième fBenjamin Lacombe’s Blanche Neige: ois, déguisée en paysanne, elle trompa la vigilance de la jeune fille et réussit à lui faire croquer une pomme empoisonnée. Blanche-neige tomba inanimée. Affligés, les nains lui firent un cercueil de verre qu’ils déposèrent sur une colline afin que toutes les créatures puissent venir l’admirer.

Un prince qui chevauchait par là en tomba amoureux. Il obtint des nains la permission d’emporter le cercueil. Mais en route un porteur trébucha, délogeant le morceau de pomme coincé dans la gorge de la jeune fille qui se réveilla. Le prince lui demanda sa main. Invitée au mariage, la méchante reine fut condamnée à danser avec des chaussures de métal chauffées au rouge jusqu’à ce que mort s’ensuive.

P-S: C’est fou! Il suffit qu’une femme soit si avide de la beauté au point de tué pour que l’on la traite de sorcière. Il faut retenir que il ne faut pas s’attacher à des choses éphémères telles la beauté et la jeunesse. La patience et l’humilité sont toujours récompensées, alors que la vanité peut mener à la chute.

Les débuts du personnage: Sorcière

EVILqueenAu XVIIe siècle, le personnage de la sorcière est repris dans les contes merveilleux en tant que bonne ou mauvaise fée. L’archétype de la mauvaise sorcière apparaît sous les traits de la Fée Carabosse notamment. Le personnage sera revisité par Charles Perrault dans sa version de La Belle au bois dormant puis dans les contes de Madame D’Aulnoy (La Princesse printanière).

Le siècle suivant, la sorcière passera par l’écriture des Frères Grimm en tant que « treizième fée » dans une autre version du célèbre conte. Le duo allemand reprendra d’autres récits merveilleux, comme Blanche-Neige et Hansel et Gretel, dans lesquels les sorcières conservent encore leur image diabolique. Dans sa version « bénéfique », la sorcière est une fée marraine qui est l’adjuvant du héros et de l’héroïne (Peau d’Âne, Cendrillon, La Belle au bois dormant). Dans ce cas, on préfèrera délaisser le terme de « sorcière » pour celui le mélioratif « magicienne ».